Entretien avec le Père Guilmard

Un colloque s’est tenu en l’église du Bon Conseil à Paris 7e les 14, 15 et 16 janvier 2011 pour célébrer le centenaire de la naissance de la Vénérable Anne de Guigné. À l’occasion de cette manifestation dont le but était de faire découvrir comment les enfants peuvent, à l’exemple d’Anne de Guigné, accéder à la sainteté, le Père Guilmard, vice-président d’Enfance et Sainteté et moine de Solesmes nous rappelle la vie de la Vénérable et l’exemple qu’elle laisse aux enfants comme aux adultes. Un résumé de cet entretien peut être consulté sur le site Zénit de Rome à la date du 24 septembre 2010.

pere-jacques-marie-guilmard-osb2

Cécile Laurent – Qui était Anne de Guigné ?

Père Guilmard – Pour parler d’elle, il n’y a pas à raconter une longue suite d’événements. Il suffit de dire que cette fillette, née à Annecy en 1911, est morte à Cannes en 1922. Il faut ajouter cependant qu’elle s’est convertie à 4 ans !

Cécile Laurent – Elle avait donc à se convertir ?

Père Guilmard – Anne, tout bébé, avait un caractère énergique, où le naturel dominait aux dépens de la grâce. Bien des anecdotes – dont certaines ne manquent pas de piquant – le prouvent. Assurément, tout n’était pas mauvais en elle, en particulier elle montrait un grand amour envers ses parents et une droiture sans alliage. On pouvait cependant craindre pour son avenir. C’est alors qu’eut lieu sa conversion.

Cécile Laurent – Dans quelles circonstances ?

Père Guilmard – Le père d’Anne fut tué à la guerre, en juillet 1915. Anne, qui n’avait pas saisi toute la portée de l’événement, voyait sa mère pleurer. Bien sûr, elle désirait la consoler. « Anne, lui dit sa mère, si tu veux me consoler, sois bonne ! » L’amour de compassion servit de base à une conversion qui s’épanouit peu à peu en une vie spirituelle à la fois ordinaire (donc imitable par tous) et très profonde (donc exemplaire pour tous). Les Journées que nous organisons sont faites pour découvrir, à travers l’exemple d’Anne, comment les enfants peuvent accéder à la sainteté, avant même l’adolescence et l’âge adulte.

Cécile Laurent – Anne est-elle vraiment imitable comme vous le dites ?

Père Guilmard – Sans aucun doute. Anne s’est aguerrie par l’obéissance et les sacrifices quotidiens ; elle a acquis une âme héroïque comme sainte Jeanne d’Arc ou sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, mais au départ ce n’était pas une enfant sage, on l’a vu, encore moins une enfant spirituellement “surdouée”. Ce fut une enfant convertie, c’est-à-dire s’ouvrant toujours à la grâce et à la volonté de Dieu.

Cécile Laurent – Était-ce une vraie sainteté ?

Père Guilmard – C’est à l’Église d’en juger d’une manière certaine. Toutefois, à peine 4 mois après la mort d’Anne, un savant et pieux Dominicain écrivit une notice sur la fillette. Il y montrait sa sainteté et même sa vie contemplative intense. D’ailleurs, la réputation d’Anne se répandit rapidement dans le monde entier au moyen d’une biographie traduite en quinze langues. Son influence fut considérable entre les deux Guerres mondiales.

Cécile Laurent – Où en est le procès de béatification ?

Père Guilmard – Le procès, commencé quelques années après la mort d’Anne, a été retardé par la question nouvelle qui se posait : Pouvait-on canoniser des enfants non- martyrs ? Les esprits n’étaient pas prêts au fait que des enfants soient canonisés ; on objectait surtout que jamais on ne pourrait avoir une preuve décisive de leur sainteté. En réalité, la sainteté durant l’enfance était déjà largement attestée. Sainte Rita avait fait le vœu de virginité à 5 ans. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus avait affirmé n’avoir rien refusé à Jésus depuis l’âge de 3 ans. Mais ces personnages étaient parvenus à l’âge adulte, et ils avaient été canonisés comme adultes. On a su que la chose était possible, lorsqu’en 1990, Jean- Paul II a reconnu l’héroïcité des vertus d’Anne de Guigné. C’était alors l’enfant la plus jeune dont l’Église reconnaissait la perfection.

Cécile Laurent – Que manque-t-il pour obtenir la béatification d’Anne de Guigné ?

Père Guilmard – Les règles instituées par l’Église exigent qu’il y ait un miracle attribué à l’intercession d’Anne. Il faut donc prier pour obtenir de Dieu un miracle qui certifie la sainteté de la fillette. On pourrait dire un peu crûment : « Pas de prière, pas de miracle ».

anne-de-guigne-images-communion

Cécile Laurent – Pourquoi la célébration du centenaire d’Anne de Guigné ?

Père Guilmard – La figure d’Anne de Guigné est, pour les chrétiens, un héritage à accueillir, à partager, à faire fructifier. Il s’agit que les enfants et leurs aînés découvrent Anne, et qu’ils aient un contact approfondi avec elle pour s’en faire une amie (cf. la catéchèse de Benoît XVI du 25 août 2010). Une journée sera particulièrement consacrée aux enfants. Les conférences mettront en évidence les différents aspects de la personnalité de la fillette, elle qui doit servir d’intercesseur et de modèle pour les enfants. Il faut faire connaître Anne pour qu’on la prie. Il faut faire connaître les conditions de sa vie pour apprendre comment elle a pu être guidée sur la voie de la sainteté, et comment elle a pris à cœur d’aimer Jésus.

Cécile Laurent – Pouvez-vous donner quelques réponses ?

Père Guilmard – Du côté de ce qu’elle a reçu, je citerai l’éducation donnée par Madame de Guigné et par des religieuses. Je citerai l’action primordiale des sacrements qui lui furent conférés. Du côté d’Anne, je dirai sa parfaite docilité et son obéissance de tous les instants. On lui a montré le but à atteindre : « Pourvu que Jésus soit content ». On lui a donné des conseils ou des ordres : elle a dit oui à chaque minute.

Cécile Laurent – Donnez-nous quelques traits propres à la sainteté d’Anne.

Père Guilmard – Le plus frappant est son équilibre. Rien de guindé, ni aucun phénomène qui sorte de la vie ordinaire des enfants. Une spiritualité, bien dans la ligne de saint François de Sales (né lui aussi à Annecy), où les différents aspects de l’expérience chrétienne forment un bouquet aux mille couleurs. Si vous voulez un point plus précis, c’est l’amour des pécheurs que je trouve particulièrement attachant chez elle. Les pécheurs n’aiment pas Jésus. Elle souhaite qu’ils puissent l’aimer ! Seule la pureté d’un enfant, me semble-t-il, peut comprendre la souffrance des pécheurs qui se coupent du bonheur d’aimer vraiment Dieu.

anne-de-guigne-centenaire-naissance

Cécile Laurent – Une enfant, telle qu’Anne, peut-elle apporter quelque chose aux adultes ?

Père Guilmard – Oui : par exemple l’esprit d’obéissance. Le monde d’aujourd’hui a désappris l’obéissance. Anne de Guigné, quelques instants avant sa mort, demandait à la religieuse qui la veillait : « Ma Sœur, puis-je aller avec les Anges ? » Et sur sa réponse affirmative, Anne répondit : « Merci, ma Sœur, oh merci ! » Alors que beaucoup d’adultes obéissent de mauvais gré, Anne a obéi avec une entière liberté, sans aucun retour sur soi.

Cécile Laurent – Les vieillards ont-ils quelque chose à apprendre d’Anne ?

Père Guilmard – Oui : surtout l’espérance. Rien ne donne tant de sérénité que l’espérance. La candeur des enfants saints ne voit pas le mal. Ou bien, si elle le voit, elle le repousse par l’éclat de leur vertu. La beauté spirituelle d’Anne de Guigné est la preuve que le mal ne sera pas vainqueur. Elle atteste que la pureté a l’avenir devant soi, que le ciel existe, qu’il peut s’ouvrir à tous ceux qui veulent s’abandonner dans les bras de Dieu, en prenant la main de Jésus comme Anne, et en demandant son secours.

Cécile Laurent – Quelle est la signification de la présence du Cardinal Poupard à ces “Journées” ?

Père Guilmard – Le Cardinal Poupard connaît bien Anne, dont il a préfacé une biographie. Sa présence aux “Journées” montre l’actualité de la sainteté des enfants. Le monde a besoin de la sainteté des enfants. Il faut la préparer, il faut l’entretenir, il faut en rendre grâces. La venue du Cardinal Poupard nous apporte l’encouragement de l’Église.

Association Enfance et Sainteté.

Retour à la page : 2011 Centenaire de la naissance d’Anne

Site officiel de l’association

Les Amis
d’ Anne de Guigné

Nous soutenir

Rechercher

Plus d'articles