Étapes de la canonisation

Le chemin de la canonisation passe par les étapes suivantes :

1 – Démarche préliminaire

Il revient à l’évêque du lieu où est morte la personne dont la réputation de sainteté semble bien établie, d’introduire officiellement sa cause de canonisation. Il mandate dès lors un « Postulateur » pour recueillir les premiers éléments qui lui permettront de se faire une idée de l’intérêt, pour l’Église, d’engager la procédure. Après l’étude de la documentation ainsi réunie, il prend l’avis des évêques de la région (ou de la province ecclésiastique).

anne-de-guigne-dessin-1920

2 – Le procès diocésain

L’évêque recherche ensuite le nihil obstat de la Congrégation pour la cause des saints à Rome avant d’ouvrir par décret l’enquête diocésaine et de constituer un tribunal comprenant au moins un président, un promoteur de justice (chargé de préparer les questions posées aux témoins), un notaire et des experts. De même, lorsqu’il s’agit de statuer sur l’authenticité d’un miracle, l’évêque du lieu où s’est produit le miracle nomme un tribunal de même composition.

3 – La décision pontificale

Après vérification du travail diocésain, la Congrégation pour la cause des saints nomme un rapporteur chargé d’établir la Positio qui est le document de référence fourni aux experts chargés d’émettre un avis écrit sur l’authenticité de la réputation de sainteté, de martyre ou de miracle.

Jean-Pol Grandmont

Les membres de la congrégation se prononcent ensuite par un vote ; leur recommandation est soumise à l’approbation du Souverain Pontife qui officialise par décret le martyre, l’héroïcité des vertus1 ou le miracle.

Il revient au Pape, et à lui seul, de statuer sur la béatification ou la canonisation. Cette décision est rendue publique lors d’un Consistoire dont tous les membres auront auparavant été consultés.

4 – Vénérable, Bienheureux et Saint

Le Serviteur de Dieu distingué par un décret reconnaissant l’héroïcité de ses vertus est dénommé “Vénérable”. C’est la position d’Anne de Guigné depuis 1990.

Très généralement, un Serviteur de Dieu “Vénérable” auquel est attribué un miracle pourra être proclamé “Bienheureux” par le Pape ; et, pour être canonisé, un second miracle attribué à l’intercession de ce bienheureux sera attendu. Toutefois, la dispense des miracles systématiquement accordée pour la cause des martyrs peut également être prononcée par le Pape pour toute autre cause si cette exception lui paraît souhaitable.

1 Héroïcité des vertus – À la différence du héros antique qui n’agit que par ses propres forces, le héros chrétien puise sa force en Dieu ; il cherche à imiter Dieu – « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » –, mais il lui faut pour cela la grâce divine, les vertus infusées par Dieu et les dons de l’Esprit Saint. Les vertus sont les dispositions permanentes à faire le bien et à bien faire ; on distingue les vertus théologales (la foi, l’espérance et la charité) et les vertus cardinales (la prudence, la justice, la force et la tempérance), auxquelles se rattachent beaucoup d’autres vertus, comme la piété ou l’humilité. Chez un enfant, l’obéissance empressée est un critère particulièrement clair de vertu.

L’héroïcité des vertus est la pratique habituelle, prompte, et joyeuse, jamais démentie, de toutes les vertus tant théologales que cardinales à un degré tel d’héroïcité qui montre combien le Serviteur de Dieu est mu par Dieu et qu’il désire accomplir en tout la volonté de Dieu.

Site officiel de l’association

Les Amis
d’ Anne de Guigné

Nous soutenir

Rechercher

Plus d'articles