Importance de la famille

L’enfant commence par recevoir. Tout lui est donné et tout lui est possible. Anne de Guigné descend, par son père comme par sa mère, de familles anciennes fidèles aux traditions de noblesse et d’honneur et élevées dans un patrimoine spirituel d’une rare qualité et sans cesse enrichi. Par sa mère, elle est en lignée directe du roi Saint Louis ; par son père, elle se rattache à une vieille famille implantée en Picardie depuis le XVe siècle et qui s’est installée au début du XVIIIe siècle à l’île de la Réunion. Mais cette ascendance naturelle ne serait pas citée si elle n’était doublée d’une ascendance spirituelle aussi remarquable qui fait de cette famille un terrain propice à l’épanouissement de la Grâce.

anne-de-guigne-famille

Madame de Guigné fera un jour cette confidence à propos d’Anne : « Rien d’extraordinaire n’a marqué sa naissance, sa vie, sa mort, si ce n’est que, pendant que j’attendais cet enfant, je me suis efforcée de mettre en pratique très spécialement une parole qui m’avait été dite par mon beau-père : “Si vous voulez avoir un enfant parfait, il faut vous-même pratiquer les vertus que vous voulez lui voir pratiquer plus tard” ; et certainement, je m’y suis appliquée, mieux que je ne l’ai fait pour les autres. »

En écho à cette confidence, Anne écrira dans son carnet : « Tout ce qui est vrai, beau et bon, tout ce que j’ai appris sur les genoux de Maman… ». Ce petit bout de phrase révèle à lui seul l’importance de l’influence patiente et monotone de la vie quotidienne sur l’enfant ; ici se manifeste la portée de la première éducation familiale dont on n’aura jamais fini d’exalter l’enjeu, les risques et le prix, ainsi que le souligne Jean-Paul II dans plusieurs de ses exhortations apostoliques.

Toutefois, si l’hérédité, l’ambiance, l’éducation chrétienne favorisent le choix du chemin vers la sainteté, ils ne restent que des facteurs influents car la sainteté est un don réciproque dans lequel l’homme s’offre après avoir reçu et accepté la force qui lui manque pour approcher l’image de Dieu et sans laquelle il resterait à sa seule image. Anne de Guigné qui avait beaucoup reçu fut ainsi une enfant difficile dont la conversion réussie doit pour beaucoup à ce qu’elle a reçu de sa famille mais pour l’essentiel à la grâce reçue de Dieu et à la volonté d’y répondre.

anne-de-guigne-famille

Site officiel de l’association

Les Amis
d’ Anne de Guigné

Nous soutenir

Rechercher

Plus d'articles